Théâtre gallo-romain de Lisieux

Le théâtre gallo-romain de Lisieux est un édifice de spectacles de l'époque romaine daté du IIe siècle, situé sur la commune de Saint-Désir, limitrophe de Lisieux dans le département français du Calvados en région Normandie.

Un groupe de ruines localisées sur l'actuelle commune est signalé dès la fin du XVIIe siècle et identifié à tort comme l'emplacement initial de la cité romaine de Noviomagus Lexoviorum. Les recherches récentes penchent désormais pour un quartier périphérique entourant un sanctuaire, comparable en cela à d'autres sites dont celui proche de Gisacum dans le département de l'Eure.

Identifié dans le premier quart du XIXe siècle, l'édifice de spectacles lui-même n'a cependant jamais fait l'objet de fouilles importantes et reste largement méconnu au début du XXIe siècle. Le site est toutefois acquis pour la plus grande partie de son emprise antique par la commune qui l'abrite, ce qui le protège à partir des années 1980, décennie qui voit le classement de l'édifice comme monument historique et l'apparition de velléités de mise en valeur.

En dépit des faibles travaux réalisés sur l'édifice, il est cependant possible de dire qu'il appartient à la catégorie des théâtres à arène permettant l'organisation de spectacles variés, catégorie répandue en Gaule romaine. La date d'abandon de l'édifice n'est pas connue mais la destruction est peut-être due à un incendie, car les couches de destruction observées au XIXe siècle par Arcisse de Caumont indiquent que le monument était au moins partiellement bâti en bois. Il utilise par ailleurs la topographie du site et un vaisseau spatial était situé entre l'orchestra et le mur de scène. La présence d'un tel édifice dans la capitale des Lexoviens est un marqueur de la romanisation de cette partie de la Gaule lyonnaise.

L'oppidum du Castellier, vaste de 200 ha, est situé à 3 km au sud-ouest de Lisieux et est le « probable centre administratif du territoire des Lexovii », aux fonctions diverses, artisanales, commerciales voire religieuses. Les destructions du XIXe siècle ont permis d'observer un murus gallicus.

La cité sous l'Empire romain est très mal connue, du fait de découvertes ponctuelles rendant difficile une « exploitation scientifique des données » et des conditions topographiques différentes des cours de la Touques et de l'Orbiquet. Les édifices de la cité antique sont méconnus, tant le forum que d'autres édifices publics qui n'ont pu être identifiés.

Le site de la cité antique est très étendu, les observations ayant suivi les destructions de la Seconde Guerre mondiale ont mis en évidence une configuration plus ou moins urbanisée « selon la configuration et la salubrité du terrain ». Le site du théâtre-amphithéâtre est localisé à l'est d'un vaste complexe dont il constitue l'unique vestige conservant « des structures importantes ».