Wednesday 20th of April, 2022

 duduke

râle, social

index


Putain d'élections

C'est fait

Bin voilà, a voté. Une seule fois. J'ai pas vraiment le sentiment du devoir accompli dans la mesure ou je considère qu'on a raté en n'ayant pas Mélenchon au second tour. Il n'est pas un sauveur providentiel dans l'absolu mais c'est le rôle qu'il a, qu'il peut avoir, dans notre contexte.

Un contexte très polarisé, très orienté sur le culte de la personnalité. Untel a-t-il mis son lait avant les céréales ? Parler des heures sur des anecdotes ineptes et conclure :

Mais, au fond, est-ce que cela est bien important ?

Et mon pied, c'est du 42 ?

Et mon pied ? C'est du 42 ?

Ajouter à cela un évitement constant et méticuleux des sujets qui devraient faire l'actualité. Et "nos" médias qui nous abreuvent de concepts opérationnels et nous enferment dans des évidences (souvent préconstruites). Un aspect négatif évident est de nous éloigner des sujets tout en les rabâchant à longueur de journée. Parler d'insécurité (sous-entendue : physique, dans certains quartiers) et invisibiliser l'insécurité sociale, celle qui nous attaque tous les jours dans les cercles de l'exécutif.

L'insécurité sociale qui s'attaque aux plus "faibles", en fait les moins bien formés d'entre nous, ou ceux qui n'ont pas d'entourage, pas de ressources. Ce qu'il y a de pire dans nos sociétés compte sur nos faiblesses.

Pruitt Igoe, 1975

Cette insécurité, sociale, elle existe et elle continue de grandir sous nos gouvernements successifs, qui n'y voient sûrement qu'un petit sacrifice sur l'autel, soit-disant obligatoire, de l'économie. Et qu'ils ne viennent pas nous parler de monde virtuel, ces bouffons...

Tout ceci pour dire la responsabilité du gouvernement actuel dans la crise sociale qui continue. Crise sociale accentuée par la crise écologique accentuée par la crise sociale accentuée par... ouai, hin.

Un gouvernement qui n'a, en plus, rien fait contre l'extrême-droite, voire tout le contraire en légitimant son discours par la banalisation. Pas plus de sanctions appropriées envers les divers groupements de fachos qui cassent des librairies ou des cafés anarchistes (que les uns ou les autres soient anar ou fachos ne change pas grand-chose de toute façon). Une ambiguïté qui n'en est plus une, à terme. Si le "centre-gauche" trouve l'extrême-droite molle, quelle valeur ont ces qualificatifs au final ? Plus aucune. Sauf si...

Sauf si on a une autre base, sauf si on échange et qu'on reste un peu ouvert, disons, un peu réceptif à la nouveauté. Sauf si on ne répète pas forcément ce qui semble "faire autorité". Car si les éléments de language sont déjà une porte ouverte à l'extrême-droite, les faits et la réalité matérielle est bien plus inquiétante (comment "on" gère les manifestations d'opposition, mêmes les plus petites ? gaz CS, matraques et tirs au visage...)

Et dans tout ça, pour moi, le FN reste un adversaire politique (ni plus ni moins acceptable que le parti au pouvoir - bien qu'ils ne soient pas équivalents) qui doit sa longévité au pouvoir en place avant tout (depuis Mitterrand jusqu'à Macron, personne n'a vraiment lutté contre le FN).

Tentant de nous convaincre (ça n’est pas trop difficile) que le programme de Le Pen est « fondamentalement d’extrême droite », Le Monde ne voit pas combien souvent, pour chaque ligne examinée, on pourrait mettre en face une saloperie déjà commise par le gouvernement Macron. Ni combien souvent, également, les associations et les ligues ont averti de ce que donneraient ces dispositions si elles venaient à « tomber dans de mauvaises mains ». Et voilà les mauvaises mains.

Fraude électorale - Frédéric Lordon - 19 avril 2022

Récupérer sa base est toujours un enjeu mais il faut se rendre à l'évidence, on ne lutte pas à armes égales avec un contexte qui pousse à l'autoritarisme et à la polarisation.

Duo de fachos

Donc voilà. Macron / Le Pen. Et moi je vais m'abstenir. On pourra en discuter, car vous aurez un avis différent, ici ou là.

koyaanisqatsi

Mais sans animosité SVP (et je le dis à moi-même avant tout). Pas à coup de "c'est à cause de gens comme toi que", etc... Sinon qu'on aille se faire foutre avec nos leçons.

Ce n'est pas à moi, ni à vous, de changer un ordre social sur un vote (il faut sérieusement revoir cette sur-représentation du pouvoir via cette élection). Ce n'est pas dans l'individualité dominante qu'on défendra notre intérêt commun (et nos intérêts individuels, qui ne doivent pas s'effacer, également).

Karl Center

Faites comme vous le sentez. Dites-vous que, peu importe le résultat, on continue ensemble de toute façon1.

Absurde ?


  1. on voit ça aux législatives je suppose (-.-)