Friday 5th of March, 2021

duke

⇩ index

Bouh le complotisme

Voici un billet d'humeur. Long et pas suffisamment référencé. Il s'agit de ma lecture et de mes réactions à ce billet de Ploum. Je vais essayer autant que possible d'éviter les formulations maladroites voire carrément méprisantes (car j'en suis capable, on va voir pourquoi).

- Tu viens au lit ?

- Je peux pas, c'est important : quelqu'un se trompe sur internet !

Son billet n'est pas un article et ça fait qu'ici, beaucoup de mes critiques tombent à plat. Vous pouvez le lire avant celui-ci mais je cite tout ce qui m'interroge, préparez un sandwich !

On se laisse bercer par son style qui passe crème (c'est sincère). Par ses idées, aussi, même si je vais être très critique sur ses propos (qui sous-tendent nos idées et nous aident à les articuler). Car je suis d'accord, dans la globalité, avec sa vision des choses. Je vais détailler pourquoi, justement, à un moment ça dérape selon moi. Et je critique pas la personne mais la tendance idéologique qui nie le rapport de force évident entre les instances de pouvoir et les groupements populaires.

C'était bien parti !

L'article m'a intéressé car il aurait pu sortir (plus que ça) des sentiers battus par les idées reçues : rien que le titre laisse entrevoir une critique de ce qu'on a érigé comme une vérité scientifique non prouvée : le complotisme et le conspirationnisme.

Pour faire simple (si vous vivez dans une grotte), c'est quand... on dit qu'il y a des complots ? Ou qu'on croit qu'un sujet est dans une sphère opaque qui sera appelée « complot » (parce qu'il n'y avait pas mieux, faut avouer... bref). Mais en général un « complotiste » ou « conspi » (le petit nom donné par moult esprits brillants, tous bords politiques confondus...) ne se réclame pas principalement et avant tout comme tel (mais on va revenir au profil qui se « cache » derrière ce fantasme du « complotisme »).

Oui, un fantasme. Je vais y venir et j'espère avec quelques arguments valables.

Je passe sur sa vulgarisation des ondes électromagnétiques (EM), ce n'est pas mon objet et j'avoue que le passage est cool.

Après quelques exemples sur les effets de certaines ondes EM :

S’inquiéter de l’impact des ondes électromagnétiques semble donc absurde. Même si on venait à découvrir que certaines fréquences très précises pouvaient avoir un effet délétère, nous sommes dans un bain permanent d’ondes électromagnétiques depuis l’aube de l’humanité. Il est donc raisonnable de penser que tout impact actuellement inconnu, si un tel impact existe, est anecdotique.

Oui selon les exemples qu'il cite, en effet, aucun doute à avoir sur la dangerosité EM sur nos corps. Mais ce n'est pas parce que « nous sommes dans un bain permanent d’ondes électromagnétiques depuis l’aube de l’humanité » qu'il n'y aurait aucun doute à avoir sur la suite. Je trouve cet argument stupide.

La suite :

Pourtant, je pense que les « anti-ondes » ont raison. Les ondes sont nocives. Non pas parce qu’elles sont des ondes, mais à cause de l’usage que nous en faisons.

Alors (je vais pas trop commenter la volte-face qui consiste à décrédibiliser les « conspis » et ensuite dire que si « ils ont raison »). Les ondes, si elles sont nocives, le sont par nature et leur impact sur la santé publique aura d'autant plus d'importance si notre utilisation est inconsidérée.

On appréciera qu'il écrive :

Comment ne pas être stressé à l’idée des millions de bits qui nous transperce en permanence pour aller notifier notre voisin de restaurant qu’une nouvelle vidéo YouTube est disponible ? Comment dormir en sachant toute cette activité qui nous traverse ? Les expériences ont montré que la sensibilité électromagnétique est belle et bien réelle.

Juste après avoir écrit qu'il serait « absurde de croire aux effets des ondes ». Du coup c'est quoi l'idée dans ce mélange ? Voire cette confusion...

Que les gens en souffrent. Mais qu’elle n’est pas causée par la présence d’ondes électromagnétiques. Elle est causée par la croyance qu’il y’a des ondes électromagnétiques.

... Je dois rater le propos je pense parce que c'est trop bête. Les gens se plaignent car ils « croient » en l'existence des ondes EM et leur nocivité. Niveau placebo/20, comment ça se passe pour en arriver à cette idée ? (limite complotiste tout ça M. Ploum, 😜 huhu).

D’une manière générale, toutes les théories conspirationnistes sont des constructions basées sur un problème très juste.

Ok, c'est à moi de pas déraper ici. Oui il y a des mensonges dans le monde, oui il y a de l'ignorance. Tout ça est une vérité factuelle mais elle ne s'applique pas de la même façon à tous les niveaux de la société : un enfant qui ignore la règle de 3 en 6ème ? ça va on a vu pire, c'est pas une ignorance qui a des conséquences graves pour le moment (et surtout, les conséquences se limitent à un tout petit groupe d'individus, voire un seul... hm). Une personne politique qui travaille dans un ministère avec des responsabilités et qui ignore la règle de 3 ? alors là on s'affole et il y a de quoi. On ne peut pas reprocher l'ignorance à égalité avec tout le monde, on doit être équitable et tenir compte de la situation sociale de chaque individu.

Ensuite, pour recentrer : les mensonges font partie de l'humanité. Point barre. On n'a absolument rien découvert ni mis en lumière depuis qu'on utilise ces mots « complot » et « conspiration » Au contraire, on marginalise de plus en plus d'opposition (légitime ou non, crédible ou non) dans une catégorie « conspi » qui ressemble de plus en plus à une chasse aux sorcières...

Problème auquel on a créé une cause artificielle absurde ou exagérée, cause qui symbolise et personnifie le problème afin d’avoir l’impression de le comprendre.

Et aller, il généralise pas. du. tout. On peut donc mettre dans le même sac les sujets qu'il a cités en en-tête ? Bouffe bio, pédophilie, gestion sanitaire et la nocivité des ondes ? la terre plate, les antivax ? les révisionnistes ? je suppose que oui. Aujourd'hui on rase gratis, tout en un !

C’est pour cela que prouver l’absurdité d’une théorie du complot ne fonctionne pas. Le complot existe généralement réellement.

Oui, oui, oui. Ce n'est pas systématique, ce n'est pas automatique mais une tendance observable dans nos constructions sociales. Rien de plus. Des intérêts se rejoignent et prennent un ascendant pour dominer une interaction et passer en force.

Que le terme « complotisme » apparaisse et prenne la place d'une dénonciation des dénonciations de ces intérêts (qui se cachent, ou pas), c'est surprenant mais ça n'émeut pas les journalistes main-stream...

Que nous suivions cette tendance dénote un manque cruel de recul sur la situation. On ne peut pas généraliser toutes les oppositions globalement, c'est une façon de noyer le poisson pour chacune d'entre elles1. C'est une technique du pouvoir qui domine, pas d'un système à peu près correct et basé sur une démarche sociale et scientifique...

Mais il est beaucoup trop simple, banal. Ce qui donne un sentiment d’impuissance. En lui donnant un nom, on se crée un ennemi identifié et la possibilité d’agir, de le combattre activement.

Il a tout compris du genre humain c'est sûr mais laissez-moi douter un peu quand même. Je préfère ironiser et lâcher quelques crottes de nez (il y survivra et ce n'est pas toxique, c'est bio garanti sans ondes).

Zut, j'ai dérapé, ça va se voir que je suis méchant du coup...

Le mythe de la « théorie »

Ce mythe de la « théorie du complot » tenue par des « ignorants » est un narratif de A à Z. On construit - à base de vérités noyées par les mensonges, des charlatans de l'information et beaucoup d'ignorance je le reconnais - une image du « complotisme » qui légitime toujours plus les lois (très problématiques) sur des sujets de société : le racisme (loi anti-racisme) et l'histoire (loi anti-révisionnisme) et plus récemment le terrorisme, le renseignement, l'état d'urgence permanent...

De plus, il apparaît à une époque ou les lanceurs d'alerte sont devenus visibles grâce aux réseaux sociaux (oui ils ne font pas que du mal dans l'absolu même s'il y a une tendance vers la violence2).

Cette visibilité d'une granularité plus fine est très problématique pour les instances dominantes (surtout lorsque celles-ci possèdent les moyens d'information3).

Ça me choque toujours autant qu'on puisse disqualifier un opposant en le traitant de X ou Y sans entrer dans le détail des arguments respectifs. Enfin, à une époque, on faisait ça avec les sorcières... Maintenant les complotistes car ce serait eux, le fond du problème ? Réveillez-vous. Et allumez un peu la lumière...

La plupart des théories du complot se heurtent à un problème fondamental : leur réalité implique des milliers de spécialistes de domaines extrêmement différents travaillant dans le secret le plus total au sein d’une organisation incroyablement parfaite et efficace qui ne ferait jamais la moindre erreur.

Oui et non, c'est d'une banalité qu'il n'y a pas vraiment de détail à explorer mais entre la mise au placard d'une fonctionnaire (qui peut dénoncer un complot4, figure-toi) et un plan d'invasion militaire d'un pays pour voler ses ressources, les « secrets » ne se conservent pas de la même manière. Oui des secrets. Genre comme le « secret défense » d'un conseil5 de gestion sanitaire, un sujet de recherche volé au civil6 ou tout ce qui ne peut pas être public7 (vaste sujet).

Oui, on ouvre une boîte complexe mais pas celle de Pandore non plus...

Or, il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que dès que trois personnes travaillent ensemble, l’inefficacité est la loi.

Donc on ne peut pas tenir de secret à plusieurs. C'est faux et le poncif du travailleur solitaire et vertueux qui se moque du groupe où « forcément ça dérape », bof... Ouai alors ok l'humanité, c'est pas un cadeau que je ferais à mon pire ennemi (on est d'accord) mais si on joue sur tous les tableaux (j'apporte la vérité sur les complots : c'est les gens le problème) on dit rien. Les humains des cavernes avaient déjà découvert la connerie, figurez-vous. Probablement avant le feu et le travail d'équipe.

D'ailleurs, Bégaudeau dit très bien que dans le contexte social : « la connerie est un effet, pas une cause »

La réalité des services d’espionnage est tout autre. Des fonctionnaires qui, pour justifier leur budget et l’existence de leurs nombreux emplois, vont jusqu’à inventer des complots (un truc qui revient aussi dans Mission Impossible).

Ouah, vraiment ? C'est les fonctionnaires les responsables pour le sujet de « l'islamisation » (néologisme qui marque un tournant politique, mais peut-être pas à cause « des fonctionnaires » ..). On me l'a jamais faite celle-là. S'il y a bien des lâches aux renseignements, il y a surtout une réalité du terrain pour pas mal d'agents ou de contacts. Et eux n'inventent pas les complots parce que ça arrange leurs intérêts (mais vu qu'ils sont secrets, qu'en sais-je ? qu'en sais-tu ?). Les fonctionnaires au chaud pour justifier leurs emplois ? Mais de quelle réalité tu parles en fait ? Tu es littéralement en train de monter une théorie du complot et je pourrais t'allumer plus que ça, mais passons...

Le problème. est. politique. Et faut arrêter de diffamer les fonctionnaires, pauvres bêtes. Ou alors tu parles des hauts fonctionnaires ? ah bin précise-le alors car ça n'a rien à voir.

Contrairement à Tom Cruise, les milliardaires surpuissants et les espions sont des humains qui mangent, dorment, font caca et se grattent les hémorroïdes. Ils font des erreurs de jugement, se laissent emporter par leur idéologie et leur sentiment de toute-puissance.

Drôle de lapsus. Tom Cruise est l'acteur du rôle fictif cité (en quasi argument). Alors si Tom Cruise n'est pas milliardaire (je crois pas), il manque de rien dans le monde matériel et fait carrément partie des gens « sublimés » par la société du spectacle alors qu'ils sont comme les autres fondamentalement. Mais c'est vrai que les « anarcho-capitalistes"8 sont des exemples plus criants.

Là se trouvent les véritables complots, les véritables scandales qui ne requièrent la complicité que de quelques personnes

Que de quelques personnes ? Mais on est une majorité à bosser pour enrichir une minorité justement. C'est bien un scandale, on est tout à fait d'accord. Et il n'y a rien de véritablement secret, c'est vrai. C'est bien ma ligne depuis longtemps. Notre accès à l'information est notre seule arme durable pour éviter les pièges du moment, la propagande, toutes les propagandes9.

tout était entièrement public et les seules choses vraiment secrètes étaient ce qui n’existait pas, dans une tentative d’intoxication informationnelle.

Ouf, je redescends. Oui, complétement. Pas besoin de catégoriser les ignorants d'un sujet dans un ensemble informe du « complotisme » pour informer et rétablir un minimum de vérité.

Le mythe de l’entrepreneur scientifique solitaire fonctionne dans les romans d’Ayn Rand (quand c’est un bon) et Ian Flemming (quand c’est un mauvais), pas dans la réalité.

Ah, j'ai cru que tu croyais le contraire au début...

La notion de « Deep state » ou d’élites secrètes prenant les décisions est plus rassurante que la vérité selon laquelle, oui, nos dirigeants sont corrompus, mais tout simplement comme des humains, pour favoriser leurs petits intérêts personnels en lieu et place de l’intérêt général.

Mais... oui les personnes politiques sont des humains (et je mime le geste d'un chef d'orchestre en le disant 😁). Grosse révélation, j'étais pas prêt :P. Et qu'est-ce à dire du coup ?

Les complots existent, mais ils sont petits, mesquins et pas particulièrement secrets.

Petits et mesquins. Je note. Le plan d'invasion de l'Irak, les bombardements en Irak depuis des années, les bombardements en Libye. Et. j'en. passe... on peut parler de la scène nationale aussi, ça croustille sous la dent (vous en connaissez déjà des sujets je parie, c'est public10. La plupart du temps, il ne s'agit pas d'un complot mais d'intérêts contradictoires qui font le bras de fer et ne pas les identifier permet de dire tout et n'importe quoi.

L’idée d’un vaccin avec des puces pour nous surveiller ou des chemtrails pour contrôler nos esprits [...]

Toujours des exemples « ultras problématiques » car très crédibles... C'est une rengaine qui commence à être très visible, et très problématique de mon point de vue. On ne peut pas d'un côté se réclamer de la science en citant les photons et ensuite, choisir systématiquement les mêmes exemples pour « expliquer le complotisme » L'échantillon est trop souvent le même, en fait. On appelle ça un biais, t'en fais ce que tu veux.

Ce qui me gêne aussi est que la finalité est de tomber sur l'ignorance « des gens », un poncif que je trouve dangereux en plus d'idiot et pas éclairé. Bon, on continue.

De même, les anti-vaccins pointent, avec justesse, le fait que l’oligopole pharmaceutique a un intérêt commercial évident à ce que nous soyons le plus possible malade pour consommer le plus de médicaments. Qu’à travers les brevets, l’industrie pharmaceutique privatise d’énormes budgets publics pour les transformer en juteux profits, parfois au détriment de notre santé.

Ah tout de même ! Me dis-je, ces ignorants ne sont pas forcément les seuls responsables malgré leur charabia ?

Mais il est difficile de se passer des médicaments.

Zut, attention, sol glissant. Car il ne reparlera pas de big pharma (forcément, c'est les gens qui font rien qu'à êtres ignorants).

Cartman lutte activement contre le complotisme

Si un vaccin fonctionne, on se dira toute sa vie qu’il n’était pas nécessaire… Et qu’on a été victime d’un complot.

Si un vaccin marche et que je ne chope jamais la maladie, bin ça marche ! Ou tu vois qu'on va en conclure que c'est du pipeau ? J'ai fait un vaccin contre le tétanos, des gens en sont morts depuis, je compte bien le faire renouveler s'il le faut (je suis pas une exception non plus en disant ça). Ta logique même est « complotiste » selon ta vision des choses. Tu romances tellement « les gens » que tu te rends plus compte ?

Attention, on rentre dans le dur pour ce qui est du « vaccin » :

Le vaccin, qui est probablement la plus belle invention de l’humanité en ce qui concerne le confort et l’espérance de vie, sert donc très injustement d’étendard à l’intuitif conflit d’intérêts et à la rapacité (réelle) de l’industrie pharmaceutique.

Alors. Hem, je sais pas de quel « vaccin » il s'agit. Et là - d'accord - je pinaille ca-rré-ment sur la forme et les mots sont importants : tu parles de la vaccination.

Le principe de la vaccination a permis - grâce à des vaccins efficaces - de sauver beaucoup beaucoup beaucoup plus de vies qu'on en aurait perdue sans eux. Ce principe de vaccination basée sur un ensemble scientifique de preuves et d'éléments garantissant (en théorie et en pratique conjointement) la balance bénéfice/risque dans l'application (globale ou locale) d'un vaccin spécifique sur une population.

Donc c'est pas « le vaccin » qu'il faudrait défendre mais bien un ensemble de savoir-faire apte à garantir l'utilité d'un vaccin donné.

Un vaccin qui « marche pas », ça s'appelle pas un vaccin mais ça c'est les institutions scientifiques et l'expérience (l'histoire) qui doivent le déterminer, ça se décrète pas à l'instant t. Le sujet, plus large, de la santé n'implique pas que des vaccins qui sont - je le rappelle - commercialisés. Genre, bien.

Et oui, il faut des garanties pour les non-initiés dans tous les domaines qui touchent de près ou de loin la santé publique, l'instruction publique, l'économie publique, tout, absolument tout. Car même si l'instruction n'est jamais une garantie d'émancipation intellectuelle, elle est un rempart suffisant s'il est partagé équitablement.. Et apporter ces garanties fait partie des prérogatives d'un état attentif à sa fonction et à ses conséquences.

les vaccins étant peu rentables (on ne les prend qu’une fois dans sa vie), l’industrie pharmaceutique tente de les faire développer sur des fonds publics à travers les universités avant de s’arroger tous les bénéfices en les revendant très cher aux états…

Il y a des vaccins qui se renouvellent. Certains d'autant plus à mesure que l'on vieillit, d'autres non. Et il reste un gros paquet de médicaments à vendre à côté de ça ! Les drogues dures, on peut commencer la-dessus ? Le marché pharmaceutique en Amérique du nord qui refile des drogues dures à « des gens » qui n'en ont pas besoin. Ouai, scandale. Mais on va se plaindre d'eux, qui ne sont pas compréhensibles, qui n'ont pas d'espace public pour rapporter cet état de non-sens absolu ?

L'état et ceux qui y passent, plus ou moins longtemps, sont bien contents de cette situation, qui rend tout inaudible grâce à ce baratin sur le complotisme. Ils devraient s'occuper de faire des espaces d'échanges publics, de payer les salaires comme il se doit, de pas favoriser l'esprit managérial qui fait des ravages, etc..

À  croire que les complots absurdes comme les puces 5G dans les vaccins sont inventés exprès pour décrédibiliser la moindre des critiques et nous détourner des véritables problématiques. À noter que la fondation Bill Gates joue un rôle positif prépondérant dans l’éradication de la polio. Rien n’est jamais parfaitement noir ni blanc. Le monde est complexe.

C'est ton propos qui devient complexe. Mais oui je suis d'accord avec le fait qu'une partie d'entre nous invente une propagande11 capable de monopoliser le temps d'antenne et de cerveau (ie, nous occuper l'esprit sur des broutilles).

On passe à un autre sujet. Comme de par hasard ils ont un point en commun (l'information est publique, figurez-vous, elle est même effleurée dans l'article que je défonce présentement... et sera ma conclusion !).

Un exemple parmi tant d’autres est la persistance des théories de réseaux pédophiles très sophistiqués pour les élites.

Bon, bon, autre sujet grave. Voyons voir.

La pédophilie est bel et bien un problème de notre société. Hélas, elle est majoritairement présente au sein des familles elles-mêmes.

Bon. Je m'étale pas sur celle-là, je suis un peu dégoûté de ce raccourci.

Mais imaginer qu’un oncle ou un père puisse violer un enfant de sa propre famille est tellement affreux que nous rejetons la faute sur les ultra-riches.

C'est horrible ce genre de propos en fait. Je me dis que ça doit pas être évident de lire ça en tant que victime du viol de son oncle après l'avoir dénoncé (sans que ça ait des suites judiciaires).

Et il n'a pas lu Bret Easton Ellis de la même façon que moi pour tenir ce genre de propos ensuite (« les ultras riches jettent de l'huile sur le feu »). Ils sont littéralement l'huile qu'on jette sur le feu. Et je n'ai pas que des éléments fictifs pour en parler ;).

Le traumatisme de l’affaire Dutroux en Belgique s’explique en partie, car il est difficile d’admettre qu’un pauvre type complètement malade puisse tout simplement enlever des gamines dans sa camionnette et les planquer dans sa cave.

Je sais pas ce qu'il y a de difficile à imaginer ça. Il y a 20 ans, peut-être et c'était le complot du moment mais à croire qu'on apprend pas suffisamment. Ce genre d'évènements sera toujours aussi tragique mais on ne peut pas se laisser orienter par un « traitement médiatique » et encore moins baser sa réflexion sur ces bases.

On ne peut pas orienter TOUT le débat de la pédophilie sur quelques cas ultras médiatisés et s'étonner maintenant, que la « parole se libère » Car ce n'est pas un progrès : si la parole doit « se libérer », elle le fait beaucoup par des voies personnelles (un livre ou un réseau social). Et elles peuvent obtenir un peu de lumière pour que la justice fasse son travail de condamner des criminels. Mais cette lumière, quel espace intime ont les victimes pour « se libérer » ?

Bande de moules, tiens. Et ça se réclame de la science. Et elle, elle vous réclame ? Je demande, froidement.

Combien de cas vous connaissez sur les cas de gendarmes embarqués dans une « enquête interdite » ? Combien de magistrats muselés ? Combien d'enfants disparus ? Et combien de condamnations ? Et qui ? Combien de célébrités « protégées » ?

OK, j'agite des choses qui font peur et qui pourraient avoir un fond de vérité mais c'est le genre de question qui ne sert à rien si on ne donne aucun élément ensuite pour y répondre. On appelait ça du FUD dans les années 2000, maintenant le complotisme.

Toujours sur la Belgique :

Il y’a un certain réconfort à imaginer que le crime n’est pas juste une série de malchances et de mesquineries administratives, mais bien la volonté d’une organisation toute puissante impliquant jusqu’à la famille royale.

Et une certaine paresse à ressasser l'histoire de l'homme qui enfonce des portes ouvertes... Moi aussi je sais faire des phrases, le tout étant qu'elles se tiennent un peu entre elles, non ?

C'est fou qu'il ne parle pas de propagande... Ah, au fait : https://acrimed.org

Nous on a l'espace et le luxe de s'exprimer : c'est pas un sentiment partagé par une majorité de français qui subissent la propagande (de tous les bords). Combien sont ceux qui ont les ressources et le temps et l'intuition des problèmes pour commencer à les résoudre ? Quel est le niveau d'information accessible et de crédibilité qu'on leur accorde dans cette démarche ?

Reprenons, ce n'est pas fini.

La crise financière de 2008 n’échappe pas à la règle. Sur ses cendres naitront Donald Trump et QAnon qui n’ont, d’un point de vue historique, aucune originalité. Tout semble être, à la lettre près, issu des théories complotistes du passé.

Oui, « true story » Aucune originalité. Tellement - en effet - qu'ils n'ont qu'à se baisser pour récupérer tous les bas du front qui pensent encore KKK et autres saloperies qui sont encore tolérées. Le complot est en effet qu'ils participent plus largement à la confusion qui promeut une dissension toujours plus violente.

La situation aux USA est assez alarmante : que s'est-il passé à Minnea-ya-plus-de-polis12 ? Que s'est-il passé au capitole ? (en dehors de la conséquence la plus dramatique : les morts qu'on aurait pu éviter...)

2008 c'est déjà du passé pour ceux qui vivent la crise actuelle. Une crise assez inédite à cause de ce virus. On en sait trop peu sur cette espèce de coronavirus, un espoir que j'ai encore est qu'il disparaisse rapidement de lui-même. Mais on doit se préparer au pire de toute façon, qu'elle que soit mon aspiration personnelle.

L'aspect inédit ne doit pas justifier non plus une accélération des formules actuelles mais au contraire une temporisation et s'il le faut une redéfinition des priorités.

À ce sujet, je conseille le magnifique discours de Fabrice Luchini (préparé, mais jamais déclamé) dans le film « Alice et le maire ».

Et j'irai voir ça, ça me fait envie (j'aime beaucoup Fabrice Luchini, c'est un excellent orateur !).

Un film qui illustre de manière très réaliste les dessous de la politique : des gens stressés, qui enchainent les réunions et qui n’ont plus le temps de penser.

Et c'est un quotidien qui se généralise au « monde du travail » Et si je n'ai pas travaillé dans les « dessous de la politique », le dessus est suffisamment gratiné pour justifier un sérieux check-up... voire un reboot. Mais ces conditions de travail nous conditionnent et fait de nous des petits robots : trop idiots pour s'en sortir tout seuls mais assez instruit pour remplir un formulaire à 10 cases dans un domaine.

Un. vulgaire. bouton. poussoir.

Voilà à quel niveau de considération « on nous » réduit pour justifier ces conditions de travail et ne justifier que la consommation en dehors de ça. Quel monde. Heureusement qu'il n'est pas aussi monolithique !

Et la question qui suit cette citation est très pertinente bien que le reste des travailleurs soit tout autant concerné par cette situation (on y arrive, à la conclusion de mon râle).

Comment voulez-vous que ces organisations dont la vision à long terme relève de la prochaine élection puissent sérieusement mettre en place des complots d’envergure ?

Bin en fait, si. Big news, si tu connais pas le dîner du siècle.

Les théories du complot ne peuvent que diviser.

Oui, nos articles en sont la preuve ? m(^o^)m

J'espère bien que non. Je suis mordant, voire méprisant même si c'est pas mon but ici. Je sais que je peux renvoyer ça, surtout à l'écrit, c'est froid et impersonnel si on ne m'imagine pas mimer la moindre intonation qui donnera une autre allure à l'oral, plus drôle j'espère...

Pas de lanceurs d'alerte

Les intuitifs savent qu’elles représentent un problème réel. Les rationnels peuvent démontrer qu’elles sont absurdes et en viennent à nier l’existence du problème initial. Les deux camps ne peuvent donc plus se parler.

Ah. Et si on fait un peu les deux en même temps ? C'est possible ? Parce que la science que j'essaie de cultiver, elle mêle les deux dans son processus auto-correcteur. L'humain est généralement la principale faille de cette équation, c'est une base importante il me semble. On pourra documenter le fait qu'en économie, « on » en est venu exactement à la même conclusion (c'est pas explicite mais vu ce que je pense de ce domaine, c'est plutôt flatteur !).

Donc si on a l'intuition d'un problème (au pif, un médicament validé par nos institutions de santé publique est vendu mais on reconnaît trop tard la faute.) et qu'on le montre avant que la justice ne fasse son travail ? Comment on appelle ça déjà ? Hmmmm, je cherche, aidez-moi.

Ouai, des jeunots. Des moins jeunots. Des personnes qui risquent quelque chose. Mais qui prennent partie pour quelque chose d'énoncé, d'explicite. Et ce qui les différencie de la plupart d'entre nous, c'est peut-être qu'ils ont eu à un moment donné un certain niveau d'information et aussi la capacité et la volonté de les diffuser pour prévenir, alerter et dénoncer.

Et je cite des exemples ou ces individus ont risqué et risquent encore quelque chose de vital. Combien d'inconnus pour ces 3 stars de l'alerte au complot ?

Au delà de ces cas marginaux ce sont les bassesses du quotidien, la servilité organisée, « assumée » car on fait tous des compromis qui sont un préjudice évident à l'humanité.

Mais nous n'avons (malheureusement) pas tous le même niveau de responsabilité face aux problèmes de société. Le fait qu'ici je prenne de mon temps pour expliciter mon profond désaccord avec les conclusions de Ploum ne sert aucun intérêt personnel. La seule chose que ça va servir, pour moi, c'est à la limite « en nature » : la satisfaction de pas m'endormir sur des platitudes. Intéressantes a priori et à la limite originales parce qu'elles font mine de défendre les « conspis »

Votre boîte est « bio ». Cela signifie qu’elle a reçu un label comme quoi elle utilisait une quantité limitée de certains pesticides.

Les labels bios sont gérés par qui, déjà ? Quels intérêts sont alignés (ou non) derrière cette notion de « label bio » ? Oui « tout le monde » ne le sait pas ou n'interprète pas les éléments de la même façon. Alors on devrait écrire plus sur ce sujet.

La démarche est rationnelle. Si la nocivité des pesticides sur l’humain n’est pas toujours démontrée, elle l’est sur le vivant.

L'humain EST un organisme vivant. Donc susceptible de subir les effets nocifs des substances chimiques, naturelles ou de synthèse. La science l'a dit, y'a genre un siècle. Ouiii ça va, je me moque un peu mais en même temps, on me prend pour un con...

la nocivité des pesticides sur l’humain n’est pas toujours démontrée

Attends quoi ? j'ai d'autres sources (oui, des sources, genre l'INSERM et on doit pouvoir faire mieux):

D’après les données de la littérature scientifique internationale publiées depuis les années 1980 et analysées par des experts, l’I.N.S.E.R.M. arrive à la conclusion qu’il semble exister une association positive entre l’exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte (notamment la maladie de Parkinson et les cancers de la prostate).

D'après Universalis mais sinon un rapport qui date de 2013 de l'INSERM.

L’aliment est également garanti sans OGM. Là, cela devient plus étrange. La nature produit en effet des OGM en permanence.

Mais. Non. Un OGM est génétiquement et synthétiquement modifié en laboratoire. C'est pas « naturel » Cette pratique organisée par l'humain n'est pas naturelle au sens ou elle se produirait sans l'humain, justement.

Donc c'est une « petite » différence mais qui fait une différence de toute façon. Oui il faut rationaliser le débat sur les OGM. Depuis qu'un hurluberlu a « saccagé » un McDo13, on devrait avoir eu un débat plus serein sur la question. Mais on a enduit tout ça d'erreur, #complotisme / #ignorance « des gens » et finalement on a des OGM dans nos chaussettes sans trop savoir quoi en penser. Alors que la plupart du temps, c'est bénin, on est d'accord mais le principe de « transparence » est dead dans la course.

Les OGM n'ont rien à voir avec l'évolution, du coup. Il s'agit bien de spécifier la pratique d'un agencement synthétique du matériel génétique d'un ou plusieurs organismes.

Rejeter les OGM, c’est rejeter le principe du bouturage, vieux comme l’agriculture.

J'osais pas faire le parallèle avec les éléments chimiques (le débat sur « naturel » / « de synthèse » qui s'oppose à notre cas ici : une réaction chimique qu'elle soit issue d'un élément synthétique ou naturel produit le même résultat) mais il le fait avec le... bouturage des plantes.

La science a mal, la science est dead. Donc oui, complètement : modifier génétiquement un organisme, c'est de la bouture de plantes.

J'attends l'argument à base de Jurassic Park... Non ? Bon, ouf.

la plupart des anti-OGM ne savent d’ailleurs pas ce qu’est un OGM

Alors. Puis-je ?

« la plupart des anti-OGM affichés à la TV ne savent pas ce qu'est un OGM »

Et pardon, mais toi non plus, apparemment.

La défiance envers l’industrie qui pratique l’OGM  est pertinente. La défiance envers le principe même de l’OGM ne l’est sans doute pas.

Merci d'en douter car, encore une fois, les deux sont possibles en même temps. Cascade réalisée par un professionnel : je doute complètement de la bonne foi de l'industrie alimentaire et j'ai aussi des doutes sur notre capacité à juguler ce qui n'est PAS une simple bouture.

Enfin, il arrive que votre nourriture (ou vos produits de beauté, s’ils sont de la marque Weleda) soit issue des principes de la biodynamie.

Et le problème, il est ou ? Que « les gens » doutent des applications de l'industrie ? Ou que certaines applications déconnent ? Les deux sont problématiques et on ne peut pas systématiquement nommer comme seul responsable à charge l'ignorance « des gens ».

Il n’empêche que cette transcription erronée d’une conférence improvisée par un non-agriculteur passionné d’occultisme et de magie sert aujourd’hui de référence à toute une industrie.

On doit avoir ces débats publics à toutes les échelles possibles : communales, régionales, cantonales, nationales et toute l'équipe.

À travers le sucre et les graisses saturées, les producteurs de nourriture ne cherchent qu’à nous rendre addicts à moindre coût au mépris le plus total de notre santé.

Le complot du sucre et des graisses saturées. C'est un bon titre ! (aller, c'est drôle non ? T'as souri ou pas ?) J'en rigole mais oui, il y a une réalité (plutôt connue) des habitudes de l'industrie alimentaire.

Mais vous savez ce qui a un impact majeur sur notre santé ?

La cigarette, les pots d’échappement de voiture, l’alcool. Supprimez ces trois-là, dont deux sont à votre portée immédiate, et cela aura un million de fois plus d’effet que de bouffer bio et de mettre son GSM en mode avion la nuit. Pour un effet maximal, diminuez également la viande rouge, cancérigène établi, et faites 30 minutes d’exercice par jour. Ils sont là les complots qui en veulent à votre santé.

Ah, je sais pourquoi je m'acharne sur cet article : il me conseille de faire de l'exercice et d'arrêter de fumer (ça va je déconne).

Mais il en vient quand même à parler d'autres « complots », qui seraient réels, eux. Car vieux de plus de dizaines d'années. Corroborés par moult publications scientifiques et vulgarisations en tout genre. Ouf, un terrain d'entente. Mais quel temps est nécessaire pour justifier l'intérêt (même porté par une forme d'ignorance) à un sujet de société ?

Mais c’est très difficile de renoncer à sa clope, à sa bagnole et à son compte Facebook. Alors on poste contre les vaccins, contre les OGMs et contre la 5G. On manifeste contre ce qu’on ne peut pas vraiment changer. Quitte à se mettre en danger un fumant de l’herbe « bio », en buvant des alcools distillés artisanalement et en refusant les vaccins pour ses enfants. Tout en le clamant haut et fort sur Facebook.

Je peux pas faire l'autruche sur ça... Déjà parce qu'en effet, je ne renonce pas à ma clope mais c'est quasiment un détail car pour moi le débat ne se situe pas au niveau « des fumeurs » mais sur « la politique de la législation du tabac en france », voire des deux en même temps car je suis pas du tout contre la prévention, le fait de pas fumer dans les lieux publics, etc...

Non là ou je dois pas faire l'autruche, c'est sur les groupes Facebook, Whatsapp, etc.. comment on communique ? avec qui et sur quels sujets. Et là, je dois bien avouer que pour ma part, c'est désastreux ! Entre les algos vicieux et la flemme inhérente au genre humain, on retrouve des personnes dévastées par l'ignorance et la superficialité. C'est le terreau idéal pour cultiver du complotiste, figurez-vous. Les meilleurs se font en général chez FB mais les groupes Whatsapp ou Telegram sont pas mal... Oui, y'a du bras-cassé, du « conspi », du suprémaciste, de la « féministe borderline », de ce que tu veux. Et y'a aussi tout le reste qui n'est pas médiatisé du tout parce que trop granuleux, trop complexe, trop riche en personnalité 😊. C'est même pas un complot que j'énonce mais une facilité presque naturelle lorsqu'on ne fait plus d'effort : on généralise, on catégorise, on fait des cases. C'est plus simple. Admettons-le et on pourra avancer (wink).

On pourra parler de beaucoup de chose après ça : le racisme, la patriarchie, la domination d'une minorité sur toutes les autres, le capitalisme mêlée de politique14, le travail et surtout du reste (car j'espère qu'il reste quelque chose qui fait la richesse de demain plutôt que cultiver un obscurantisme d'hier)...

À force de remettre en question l’autorité, on se tourne alors vers des sources d’autorités sans aucune légitimité, mais qui nous font du bien.

Encore un poncif, celui-ci est issu d'une forme de réalité mais très ténue. L'autorité ? Laquelle ? publique ? même celle-ci à des aspects autoritaristes (non c'est pas un paradoxe, mais bien une erreur d'application du principe15). L'autoritarisme s'impose aux autres courants. L'autorité s'établit. Et l'autorité publique, on la préfère légitime.

Cette « défiance systématique à l'autorité » est un axe de la narration dont je parle depuis le début : celle qui établit la notion de « complotisme » sans en détailler ni les contours, ni le contenu détaillé (toujours les exemples les plus pétés). On mélange tous les sujets et on conclue savamment : le point commun, c'est la défiance systématique à l'autorité publique (on dira pas « à l'état des choses » mais on insistera sur le fait que cette défiance s'agite vers le pauvre état de droit).

L’industrie de l’alimentation biologique, celle du cannabis, celle des cristaux énergétiques et des réseaux de coaching anti-cancer astrologique sont tout aussi corrompus, tout comme l’est la politique écologique.

C'est la fin, il en peut plus ! C'était une purge pour moi aussi...

« Tous les mêmes je vous dis. » ?

J'exagère, je sais. Et la fin se passe de mes commentaires (la rescapée de ce saccage). Ploum, désolé mais je dois conclure maintenant.

descent fellow

Et le grand absent de cet article est ?

Effleuré du bout des mots mais jamais explicitement énoncé :

La. lutte. des. classes.

On a vu les ultra-riches, les milliardaires de la sillicon valley (je schématise) et quelques remarques sans avoir l'air d'y toucher. Et beaucoup, beaucoup trop sur la grande majorité des « conspis » dont le profil fantasmé se transmet à la cool en mode « théorie du complot ».

Je le redis : cette notion complétement pétée de « complotisme » est une invention pour occuper le temps de cerveau de la majorité d'entre nous alors que nous avons des moyens simples de ne pas tomber dans les nombreux pièges. Je fais le lien directement avec la lutte des classes car je vois que c'est une habitude maintenant d'omettre ce genre de détail. Et j'en ai marre de ce lissage progressif.

Heureusement, il reste un espoir avec les débats contradictoires16, à nous de prendre l'espace nécessaire et d'accepter la contradiction comme un espace pour une approche scientifique, journalistique et historique.

Pour aller plus loin ? Ne vous fiez pas à ce que j'ai dit et pesez tout ça vous-même. Je mise sur votre intelligence et votre capacité à me dire (à moi ou un autre) pourquoi le discours est « tout pété ». Ce conflit-là, je l'assume tant qu'il n'est pas bestial.

Bisous 😊


  1. Vous lisez Acrimed ? ↩︎

  2. Les réseaux sociaux sont très dangereux ↩︎

  3. Voire la « couverture » médiatique du dossier OpenLux ↩︎

  4. Le cas dramatique de Françoise Nicolas, toujours en attente d'une réponse de Nathalie Loiseau. ↩︎

  5. Créé par décret le 24 décembre 2009, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Ses attributions sont larges. Il « définit les orientations en matière de programmation militaire, de dissuasion, de conduite des opérations extérieures, de planification des réponses aux crises majeures, de renseignement, de sécurité économique et énergétique, de programmation de sécurité intérieure concourant à la sécurité nationale et de lutte contre le terrorisme. Il en fixe les priorités ». ↩︎

  6. Visitez le site de Jean-Pierre Petit et regardez les sujets de magnétohydrodynamique (MHD) qui sont croustillants. ↩︎

  7. WIKILEAKS & Julian Assange présentement enfermé pour des motifs illégaux après avoir dénoncé des complots ! Comment peut-on justifier cet état par l'ignorance généralisée quand on voit les efforts incroyables qu'une minorité peut mettre en oeuvre pour empêcher l'établissement des faits documentés et donc de la justice et d'une recherche de « la vérité » que l'on devrait tous partager sur une base acceptée et légitime. ↩︎

  8. ça existe ça l'anarcho-capitalisme ? ↩︎

  9. Voir l'influence des politiques sur l'information via "les influenceurs" ↩︎

  10. Coucou Bluetouff boss final des STAD sur les zinzinternets ↩︎

  11. Dont une partie est continuellement documentée chez Acrimed ↩︎

  12. Psyhodelik sur Minneapolis (Youtube) ↩︎

  13. Sacré José Bové et pauvre petite entreprise, on pleure pour elle 😏, s'en est-elle remise ? ↩︎

  14. La Russie détruit des bases terroristes armées par la France et ce n'est pas la première fois (nos richesses ne tombent pas du ciel). ↩︎

  15. Le travail de David Dufresne est pourtant reconnu... (et il n'est pas le premier !) ↩︎

  16. Un débat d'idée qui oppose deux contradicteurs sur le thème du complotisme. Je respecte chez ces jeunes gens la volonté d'établir des faits et de les discuter dans leurs interprétations et cela pour construire une base commune cohérente et documentée (j'y crois encore). ↩︎


2021-03-05

complotismepropagandemediaclassesociallutte